Animaux orphelins adoptés dans la nature

Dans la nature, les animaux perdent parfois l’un de leurs parents, voire les deux. Dans une telle situation, il est généralement peu probable qu’ils survivent. La plupart meurent de faim. Les rares orphelins qui survivent peuvent subir de terribles épreuves.

Pour des raisons évolutives, la plupart des jeunes animaux meurent peu de temps après leur naissance. Il est très difficile pour les très jeunes animaux de survivre. La plupart des animaux nouveau-nés ne reçoivent aucun soin parental, ce qui augmente leur risque de mourir. Mais ceux qui, à l’inverse, reçoivent des soins parentaux peuvent en être tellement dépendants qu’en être soudain privé est presque toujours synonyme de mort.

De plus, beaucoup d’animaux non-humains ont des liens affectifs forts avec leur famille. Leurs parents leur manquent et ils ressentent du chagrin quand ces derniers meurent. Les animaux sociaux qui deviennent orphelins peuvent aussi souffrir de solitude parce qu’ils sont privés d’interaction sociale. Fort heureusement, les êtres humains peuvent leur venir en aide: ils peuvent les secourir et leur fournir les soins dont ils ont besoin, bien que cela arrive rarement. Il n’y a que le sauvetage d’orphelins appartenant à des espèces en voie de disparition qui soit courant, et ce pour des raisons conservationnistes. Bien sûr, cela profite aux animaux ainsi aidés. On devrait cependant aider les animaux orphelins dans l’intérêt des animaux eux-mêmes, quel que soit le nombre d’individus que compte leur espèce. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples d’orphelinats et de façons d’aider les animaux orphelins:

Un bébé rhinocéros aveugle sauvé par le personnel d’une réserve après avoir été vu en train de se cogner aux arbres et aux rochers dans la nature

Un bébé écureuil roux secouru après que sa mère ait été heurtée par une voiture

Un bébé phoque parcourt 1,6 km jusqu’à un refuge pour animaux

Chimfunshi

Un coup d’œil à l’intérieur d’un orphelinat d’orangs-outan

Un ouistiti pygmée sourd abandonné, adopté par un sanctuaire

Une famille adopte un raton laveur

Une famille adopte un bébé corbeau

L’Afrique du Sud ouvre un orphelinat de rhinocéros

Le programme David Sheldrake Wildlife Trust


Lectures recommandées

Bovenkerk, B.; Stafleu, F.; Tramper, R.; Vorstenbosch, J. & Brom, F. W. A. (2003) “To act or not to act? Sheltering animals from the wild: A pluralistic account of a conflict between animal and environmental ethics”, Ethics, Place and Environment, 6, pp. 13-26.

Faria, C. & Paez, E. (2015) “Animals in need: The problem of wild animal suffering and intervention in nature”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 7-13 [consulté le 6 novembre 2015].

Dawkins, R. (1995) “God’s utility function”, Scientific American, 274 (6), pp. 80-85.

Donaldson, S. & Kymlicka, W. (2016 [2011]) Zoopolis : une théorie politique des droits des animaux, Paris : Alma.

Dorado, D. (2015) “Ethical interventions in the wild: An annotated bibliography”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 219-238 [consulté le 6 novembre 2015].

Hadley, J. (2006) “The duty to aid nonhuman animals in dire need”, Journal of Applied Philosophy, 23, 445-451.

Horta, O. (2013) “Zoopolis, intervention, and the state or nature”, Law, Ethics and Philosophy, 1, pp. 113-25 [consulté le 21 janvier 2016].

Horta, O. (2015) “The problem of evil in nature: Evolutionary bases of the prevalence of disvalue”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 17-32 [consulté le 14 octobre 2015].

Kirkwood, J. K. & Sainsbury, A. W. (1996) “Ethics of interventions for the welfare of free-living wild animals”, Animal Welfare, 5, pp. 235-243.

Kirkwood, J. K.; Sainsbury, A. W. & Bennett, P.M. (1994) “The welfare of free-living wild animals: Methods of assessment”, Animal Welfare, 3, pp. 257-273.

Morris, Michael C. & Thornhill, R. H. (2006) “Animal liberationist responses to non-anthropogenic animal suffering”, Worldviews, 10, 355-379.

Ng, Y.-K. (1995) “Towards welfare biology: Evolutionary economics of animal consciousness and suffering”, Biology and Philosophy, 10, pp. 255-285.

Nussbaum, M. C. (2006) Frontiers of justice: Disability, nationality, species membership, Cambridge: Harvard University Press.

Paez, E. (2015) “Refusing help and inflicting harm: A critique of the environmentalist view”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 165-178 [consulté le 10 novembre 2015].

Tomasik, B. (2013) “Ideas for volunteering to reduce wild-animal suffering”, Essays on Reducing Suffering, Jun 24 [consulté le 19 décembre 2015].

Tomasik, B. (2015) “The importance of wild animal suffering”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 133-152 [consulté le 21 janvier 2015].

Torres, M. (2015) “The case for intervention in nature on behalf of animals: A critical review of the main arguments against intervention”, Relations: Beyond Anthropocentrism, 3, pp. 33-49 [consulté le 11 décembre 2015].

Dans d’autres langues