Top nav

abandoned-dog

Les chiens, chats et autres animaux entretenus comme « animaux de compagnie »

Les animaux non humains qui vivent avec des humains sont sujets, autant légalement que dans la pratique, aux désirs et aux caprices de leurs propriétaires légaux. Certaines personnes adoptent des animaux et les traitent avec respect, en les considérant comme des membres de leur famille. Toutefois, beaucoup d’autres se considèrent tout simplement comme possesseurs et maîtres des animaux qui vivent avec eux, et la loi ne protège pas beaucouples animaux. Les propriétaires d’animaux sont autorisés à les maltraiter pendant le dressage, à les négliger, à les utiliser comme travailleurs, et même à les tuer, tant que les traitements concernés n’entrent pas dans la définition légale de la « cruauté envers les animaux », ladite définition différant de la compréhension logique de ce terme. Les lois concernant les animaux non humains sont en équilibre précaire entre intérêts des animaux et désirs humains. Les animaux non humains sont considérés comme propriété, et les propriétaires ont peu de restriction dans l’exercice de leur droit de contrôler et d’user de leurs propriétés.

 

Beaucoup d’animaux élevés sont sans abri, souffrent et finissent par mourir

Il existe aujourd’hui des millions d’animaux sans abri1. Ils souffrent du froid, de la faim et de maladies, comme les animaux vivant dans la nature. Ils peuvent être également victimes d’attaques multiples par les humains. Les chiens, chats et autres animaux vivant dans des maisons sont minoritaires parmi tous les animaux nés pour devenir des « animaux de compagnie » ou ceux destinés à l’élevage.

Même ceux qui ne sont pas abandonnés ne mènent pas toujours une bonne vie. Ils sont nombreux à rester dehors dans le froid. Ils peuvent passer la plupart de leur vie enchaînés, et cela peut les blesser de différentes manières : ils peuvent être blessés physiquement à cause du manque d’activité ou des blessures provoquées par les chaînes, mais également psychologiquement à cause de l’ennui et de la frustration. Même lorsqu’ils ne sont pas enchaînés, ils peuvent manquer d’espace pour se mouvoir. Les animaux sociaux, comme les chiens, qui sont gardés seuls souffrent beaucoup du manque d’interaction sociale. Pour d’autres animaux, tels que les oiseaux et les poissons, le confinement dans des cages ou des aquariums exigus constitue également une source considérable de souffrance.

Dans la plupart des régions du monde, le destin de beaucoup de chiens et d’autres animaux est de mourir dans la rue, dans les chenils ou dans certains cas, dans des laboratoires, après avoir considérablement souffert2. Il s’agit ici d’un problème fondamental car ces faits ne sont pas occasionnels, mais continus. Cet état de fait se perpétue car chaque année, ce sont de plus en plus d’animaux qui sont élevés et qui subissent le même destin. Chaque nouvelle naissance est une difficulté de plus pour trouver des habitations pour les animaux, et pour les soignants qui les logent temporairement.

 

Les conséquences négatives de l’élevage affectent également d’autres animaux

En pratique, élever des animaux revient à ce qu’un nombre croissant d’animaux viennent au monde pour être tués, après avoir beaucoup souffert.

Les raisons expliquant cela sont nombreuses :

  • Les dangers mentionnés précédemment mènent souvent à la mort des animaux élevés comme animaux de compagnie ;
  • Les chats, et les chiens en moindre mesure, sont à l’origine de la mort d’autres animaux, principalement ceux qu’ils chassent. Des études sur le sujet ont démontré qu’un chat qui sort en extérieur provoque la mort d’un oiseau par semaine en moyenne pendant la période de reproduction3, ce qui signifie que tous les chats des États-Unis tuent plus de 1,7 milliard d’oiseaux par an4. Par ailleurs, les chats qui sortent en extérieur font face à un risque accru de maladie, ainsi qu’à des attaques par d’autres animaux (humains compris), des accidents, et ils peuvent également trop s’éloigner de chez eux ;
  • La plupart des animaux de compagnie consomment de la nourriture d’origine animale, ce qui provoquera la souffrance et la mort d’autres animaux. Plus d’informations concernant les alternativesà cette exploitation sont disponibles dans notre section nourrir des animaux sans en exploiter d’autres. Dans certains cas, des animaux sont élevés pour nourrird’autres animaux, notamment des animaux exotiques. Par exemple, les propriétaires d’animaux donnent souvent des rongeurs vivants à leurs serpents (voir cette vidéo) ou à leurs grenouilles-taureaux cette vidéo) ;
  • Lorsqu’un animal domestiqué se reproduit, un autre animal qui aura besoin de soins et d’assistance vient au monde. Les ressources pour soigner les animaux étant limitées, chaque naissance d’animal est une difficulté de plus pour s’occuper de tous ;
  • L’élevage promeut l’idée que les animaux non humains sont des ressources disponibles pour nos propres fins.

 

Les animaleries et les éleveurs

Les éléments établis précédemment nous permettent de comprendre les terribles conséquences de l’élevage et de la vente d’un nombre énormed’animaux. Les animaleries, les usines à chiots et d’autres entreprises privées d’élevage contribuent directement à l’augmentation de la souffrance et de la mort des animaux.

Par ailleurs, les animaux des animaleries sont enfermés, souvent avec peu de nourriture et d’eau, jusqu’à ce qu’ils soient vendus. Ils doivent supporter des températures trop hautes ou trop basses et des conditions d’éclairage pénibles. Ils peuvent subir beaucoup de stress et de frustration à cause des gens qui passent constamment près de leur cage, car ils veulent fuir ou se cacher, sans succès, puisqu’ils sont coincés. En général, les animaux comme les chiots souffrent de frustration et de détresse psychologique lorsqu’ils sont séparés de leurs mères et confinés dans un environnement inconfortable où ils ne se sentent pas en sécurité5. La reconnaissance du stress et de l’inconfort chez les animaux des animaleries s’est répandu ces dernières décennies, mais les inquiétudes se concentrent principalement sur les chiens et les chats. En réaction à cela, ainsi qu’au nombre d’animaux errants, certaines animaleries au Canada ont interdit la vente de chiens et de chats, mais elles vendent toujours des rongeurs, des poissons et des reptiles.

Cependant, l’élevage privé perdure. L’élevage des animaux a généralement pour objectif d’élever des animaux ayant certaines caractéristiques souhaitées, non pas parce que cela rendrait leur vie meilleure, mais parce que ces caractéristiques sont plus utiles ou plus plaisantes esthétiquement pour les êtres humains. En d’autres termes, un intérêt humain se trouve dans cette pratique. Cela peut avoir des conséquences très négatives pour les animaux.

Les gens peuvent parfois vouloir acheter des animaux ayant des traits ou des comportements spécifiques. Dans d’autres cas, ils cherchent des animaux ayant d’excellentes compétences athlétiques ou pouvant prendre part à des compétitions d’agilité. Enfin, certains recherchent des animaux ayant une force améliorée, afin de leur apprendre à devenir agressifs.

Les gens du secteur de l’élevage des animaux utilisent ces derniers comme des ressources. À leurs yeux, les animaux sont des biens à acheter et à vendre. Les cycles hormonaux des animaux sont manipulés pour que leur reproduction puisse être contrôlée dans le meilleur intérêt de l’éleveur et de ses bénéfices. Les animaux élevés sont emmenés dans des animaleries ou directement vendus aux gens qui souhaitent les acheter.

Les dernières années ont vu une recrudescence d’éleveurs se qualifiant « d’éthiques »6, avec l’intention de se différencier de la connotation négative associée au mot « éleveur ». Il existe même des associations et des récompenses pour ce type d’éleveurs dans de nombreux pays. Ils se présentent comme étant intéressés à la fois par l’élevage des animaux pour obtenir certains caractères génétiques et par le bien-être des animaux. Cela est contradictoire puisque ces deux objectifs sont incompatibles.

En effet, avoir les caractéristiquespour lesquelles ils sont élevés est souvent négatif pour les animaux. Par ailleurs, il est également négatif d’augmenter le nombre d’animaux domestiqués dans le monde pour les raisons que nous avons citées précédemment.

 

Chercher des solutions : castration et stérilisation

La castration et la stérilisation, deux procédures simples, permettent de réduire le nombre de naissances d’animaux dont personne ne peut s’occuper, dans un monde où il existe tant d’animaux errants et abandonnés7. Ces procédures sont effectuées sans anesthésie, mais les animaux peuvent marcher de nouveau le jour même de l’opération et sont entièrement rétablis au bout d’une semaine. La plupart des animaux peuvent être castrés ou stérilisés à partir de quatre mois.

Une objection contre ces méthodes est qu’en empêchant les animaux de se reproduire, on menace l’existence des espèces ou des races auxquelles appartiennent les animaux. Toutefois, cet argument ne peut pas être accepté d’un point de vue antispéciste. Selon l’antispécisme, l’espèce ou la race d’un animal ne sont pas moralement pertinentes. Ce sont tous les individus qui peuvent souffrir et ressentir la joie qui importe. C’est pourquoi chaque individu devrait être considéré moralement plutôt qu’en tant qu’espèce à part entière. L’espèce n’est rien de plus qu’un concept taxonomique pour regrouper les individus ayant des caractéristiques en commun. L’existence de différentes races et espèces d’animaux domestiqués n’a donc aucune valeur. Au contraire, l’élevage d’animaux domestiques est contreproductif pour un changement vers une société avec moins de spécisme et moins de souffrance.

La castration et la stérilisation présentent également des avantages pour les animaux tels que :

  • Chez les femelles, ces procédures réduisent le risque de tumeur mammaire lorsqu’elles sont effectuées avant l’âge de deux ans et demi, la réduction la plus importante ayant lieu lorsque les procédures sont menées avant le premier cycle de reproduction8 ;
  • Elles éliminent les risques liés à la grossesse comme la métrorragie (saignement vaginal d’origine utérine non associé au cycle menstruel)9 ;
  • Elles empêchent la possibilité d’infections utérines et les cancers des ovaires et des testicules10.

 

L’adoption

Nous avons vu le mal dont souffrent les animaux lorsqu’ils sont élevés pour devenir des « compagnons ». Toutefois, il existe un moyen de vivre avec les animaux de manière éthique et respectueuse, en fonction de leurs besoins et de leurs intérêts, et non en fonction de nos désirs et de notre confort : les adopter et prendre soin d’eux.

Heureusement, dans de nombreux pays, il existe des refuges qui s’occupent des animaux sans abri et font de leur mieux pour leur trouver un foyer. Les foyers offrent la possibilité de trouver un toit aux animaux qui y resident. Par ailleurs, lorsqu’un animal est adopté, cela signifie qu’un autre animal dans le besoin peut prendre sa place dans le refuge. Les ressources des refuges sont toutefois limitées, et la plupart des animaux abandonnés ne peuvent pas trouver de foyer et finissent par mourir.

Les gens qui ne peuvent pas s’engager dans une adoption de longue durée peuvent fournir un foyer d’accueil aux animaux vivant dans les refuges. Ils doivent alors prendre soin des animaux temporairement, jusqu’à ce qu’on leur trouve un foyer permanent. Ainsi, un autre animal peut prendre la place de l’animal en foyer d’accueil au refuge. L’adoption des animaux est souvent associée aux chiens et aux chats, mais d’autres espèces peuvent également être adoptées comme les souris, les rats, les hamsters et les lapins.


Pour en savoir plus

American Pet Products Association (2013) “U.S. pet industry spending figures & future outlook”, americanpetproducts.org [28 mai 2013].

Bateson, P. (2010) Independent inquiry into dog breeding, Halesworth: Micropress [14 avril 2013] .

Bouw, J. (1982) “Hip dysplasia and dog breeding”, Veterinary Quarterly, 4, pp. 173-181.

Christiansen, R. (2000) Save our strays: How we can end pet overpopulation and stop killing healthy cats and dogs, Napa: CLC Publishing.

Clancy, E. A. & Rowan, A. N. (2003) “Companion animal demographics in the United States: A historical perspective”, dans Salem, D. & Rowan, A. (eds.) State of the animals, Washington, D.C.: Humane Society Press, pp. 129-143.

Grellet, A.; Chastant-Maillard, S.; Robin, C.; Feugier, A.; Boogaerts, C.; Boucraut-Baralon, C.; Grandjean, D. & Polack, B. (2014) “Risk factors of weaning diarrhea in puppies housed in breeding kennels”, Preventive Veterinary Medicine, 117, pp. 260-265 [11 janvier 2017].

Herrewegh, A. A. P. M.; Mahler, M.; Hedrich, H. J.; Haagmans, B. L.; Egberink, H. F.; Horzinek, M. C.; Rottier, P. J. M. & de Groot, R. J. (1997) “Persistence and evolution of feline coronavirus in a closed cat-breeding colony”, Virology, 234, pp. 349-363 [12 juin 2013].

Lawrie, M. & Constable, S. (2006) “Community animal welfare scheme a success”, Australian Veterinary Journal, 83, p. 708.

Levy, J. K.; Gale, D. W. & Gale, L. A. (2003) “Evaluation of the effect of a long-term trap-neuter-return and adoption program on a free-roaming cat population”, Journal of the American Veterinary Medical Association, 222, pp. 42-46.

Looney, A. L.; Bohling, M. W.; Bushby, P. A.; Howe, L. M.; Griffin, B.; Levy, J. K.; Eddlesone, S. M.; Weedon, J. R.; Appel, L. D.; Rigdon-Brestle, K.; Ferguson, N. J.; Sweeney, D. J.; Tyson, K. A.; Voors, A. H.; White, S. C.; Wilford, C. L.; Farrell, K. A.; Jefferson, E. P.; Moyer, M. R.; Newbury, S. P.; Saxton, M. A. & Scarlett, J. M. (2008) “The Association of Shelter Veterinarians veterinary medical care guidelines for spay-neuter programs”, Journal of the American Veterinary Medical Association, 233, pp. 74-86 [30 novembre 2014].

Manning, A. M. & Rowan, A. N. (1992) “Companion animal demographics and sterilization status: Results from a survey of four Massachusetts towns”, Anthrozoos, 5, pp. 192-201.

Marsh, P. (2004) “The strategy for tomorrow: Solving pet overpopulation”, Animals in Print: The On-Line Newsletter, May 14 [19 avril 2013].

Marsh, P. (2010) Replacing myth with math: Using evidence-based programs to eradicate shelter overpopulation, Concord: Town and Country [2 mai 2013].

Olson, P.; Moulton, C.; Nett, T. M. & Salman, M. D. (1991) “Pet overpopulation: A challenge for companion animal veterinarians in the 1990s”, Journal of the American Veterinary Medical Association, 198, pp. 1151-1152.

Patronek, G. J. & Rowan, A. N. (1995) “Determining dog and cat numbers and population dynamics”, Anthrozoos, 8, pp. 199-205.

Podberscek, A. L.; Paul, E. S. & Serpell, J. A. (eds.) (2000) Companion animals & us: Exploring the relationship between people and pets, Cambridge: Cambridge University Press.

Ruxton, G. D.; Thomas, S. & Wright, J. W. (2002) “Bells reduce predation of wildlife by domestic cats (Felis catus)”, Journal of Zoology, 256, pp. 81-83.

United States Department of Agriculture (2012) “Questions and answers: Regulations of dogs and cats breaders”, APHIS Factsheet [14 juillet 2013].

Wenstrup, J. & Dowidchuk, A. (1999). “Pet overpopulation: Data and measurement issues in shelters”, Journal of Applied Animal Welfare Science, 2, pp. 303-319.

White, S. C.; Jefferson, E. & Levy, J. K. (2010) “Impact of publicly sponsored neutering programs on animal population dynamics at animal shelters: The new hampshire and austin experiences”, Journal of Applied Animal Welfare Science, 13, pp. 191-212.


1 Olson, P. N. & Moulton, C. (1993) “Pet (dog and cat) overpopulation in the United States”, Journal of Reproduction and Fertility. Supplement, 47, pp. 433-438. American Humane Society; Born Free U.S.A. & Pet Finder (2012) “Animal shelter statistics”, Statistic Brain [19 avril 2013]. Lepper, M.; Kass, P. H. & Hart, L. A. (2002) “Prediction of adoption versus euthanasia among dogs and cats in a california animal shelter”, Journal of Applied Animal Welfare Science, 5, pp. 29-42. Kass, P. H. (2007) “Cat overpopulation in the United States”, Animal Welfare, 3, pp. 119-139. Nasser, R. & Fluke, J. (1991) “Pet population dynamics and community planning for animal welfare and animal control”, Journal of the American Veterinary Medicine Association, 198, pp. 1160-1163. Patronek, G. & Glickman, L. (1993) “Development of a model for estimating the size and dynamics of the pet dog population”, Anthrozoos, 7, pp. 25-41. Luke, C. (1996) “Animal shelter issues”, Journal of the American Veterinary Medicine Association, 208, pp. 524-527.

2 Stoller, K. P. (1981), “Sewer science and pound seizure”, International Journal for the Study of Animal Problems, 2, pp. 241-244. Roberti, D. A. (1983) “The case against pound seizure: Economics and animal welfare”, California Veterinarian, 37, pp. 67-68. Brooks, D. L & Tillman, P. C. (1983) “Pound seizure will not put an end to cruelty to animals”, California Veterinarian, 37, pp. 73-75. Edwards, C. C. (1991) “The pound seizure controversy: a suggested compromise in the use of impounded animals for research and education”, Journal of Energy Natural Resources & Environmental Law, 11, pp. 241-242. Gilliam, J. D. (2009) “Fido goes to the lab: amending the animal welfare act to require animal rescue facilities to disclose pound seizure practices to pet owners”, Journal of Animal Law, 5, pp. 103-128 [25 février 2013]. Ducceschi, L.; Green, N. & Miller-Spiegel, C. (2010) “Dying to learn: The supply and use of companion animals in U.S. colleges and universities”, Alternativen zu Tierexperiment, 27, pp. 304-308 [14 mars 2013]. Phillips, A. (2010) How shelter pets are brokered for experimentation: Understanding pound seizure, Plymouth: Rowman and Littlefield.

3 Lepczyk, C. A.; Mertig, A. G. & Jianguo L. (2003) “Landowners and cat predation across rural-to-urban landscapes”, Biological Conservation, 115, pp. 191-201 [accessed on 20 April 2013].

4 Crooks, K. R. & Soulé, M. E. (1999) “Mesopredator release and avifaunal extinctions in a fragmented system”, Nature, 400, pp. 563-566 [2 avril 2013]. Dauphiné, N. & Cooper, R. J. (2009) “Impacts of free-ranging domestic cats (Felis Catus) on birds in the United States: A review of recent research with conservation and management recommendations”, dans Rich, T. D.; Arizmendi, C.; Demarest, D. W. & Thompson, C. (eds.) Tundra to Tropics: Connecting birds, habitats and people, pp. 205-219. Thomas, R. L.; Fellowes, M. D. E. & Baker P. J. (2012) “Spatio-temporal variation in predation by urban domestic cats (Felis catus) and the acceptability of possible management actions in the UK”, PLoS ONE, 7(11): e49369 [1 août 2013]. Loss, S. R.; Will, T. & Marra, P. P. “The impact of free-ranging domestic cats on wildlife of the United States”, Nature Communications, 4 [21 mai 2013].

5 Animal Protection Institute (2005) Little shops of sorrows: an undercover investigation into California pet shops, Sacramento: Animal Protection Institute [30 avril 2013]. Katz, R. F. (2009) “What is a puppy mill?”, Animal Legal & Historical Center [18 juin 2013]. Fumarola, A. J. (1999) “With best friends like us who needs enemies: The phenomenon of the puppy mill, the failure of legal regimes to manage it, and the positive prospects of animal rights”, Buffalo Environmental Law Journal, 253, pp. 264-65.

6 Breeders.net, “Breeders. net code of ethics”, breeders.net [31 janvier 2013]. DogPlay, “Making a difference: Being a responsible dog breeder”, dogplay.com [2 février 2013]. Arman, K. (2007) “A new direction for kennel club regulations and breed standards”, Canadian Veterinary Journal, 48, pp. 953-965.

7 Hughes, K. L.; Slater, M. R. & Haller, L. (2002) “The effects of implementing a feral cat spay/neuter program in a Florida county animal control service”, Journal of Applied Animal Welfare Science, 5, pp. 285-298. Kutzler, M. & Wood, A. (2006) “Non-surgical methods of contraception and sterilization”, Theriogenology, 66, pp. 514-525. Moulton, C. (1990) “Early spay/neuter: Risks and benefits for shelters”, Shoptalk, 7, pp. 1-6. Murray, R.W. (1992) “Unwanted pets and subsidised pet neuter schemes”, Australian Veterinary Practitioner, 22, pp. 12-18. North Shore Animal League America (2013) “Benefits of spay/neuter”, spayusa.org [19 mai 2013]. Zaunbrecher, K. I. & Smith, R. E. (1993) “Neutering of feral cats as an alternative to eradication programs”, Journal of the American Veterinary Medical Association, 203, pp. 449-452.

8 Beauvais, W.; Cardwell, J. M. & Brodbelt, D. C. (2012) “The effect of neutering on the risk of mammary tumours in dogs – A systematic review”, Journal of Small Animal Practice, 53, pp. 314-322.

9 Gobello, C.; Concannon, P. W.; Verstegen, J. & Linde-Forsberg, C. (2000) Recent advances in small animal reproduction, Ithaca: IVIS.

10 Voir Chastain, C. B.; Panciera, D. & Waters, C (1998) “Associations between age, parity, hormonal therapy and breed, and pyometra in Finnish dogs”, Veterinary Record, 143, pp. 493-498.

Top nav