Top nav

consciousness

La conscience et la conscience de soi

Comme expliqué dans la section sur le problème de la conscience, la conscience peut être définie comme le fait de vivre des expériences. Les états de conscience, ou les états mentaux, sont des situations dans lesquelles un individu fait toutes sortes d’expériences, que ce soit une expérience sensorielle, une pensée, une émotion ou quoi que ce soit d’autre.

La conscience de soi, une forme particulière de conscience, est un terme général qui désigne les différentes formes de conscience que l’on a de soi-même et de ses expériences. La compréhension de la notion de soi dépend de la définition de la conscience de soi qui est adoptée. Voici une liste des définitions les plus couramment utilisées.1

Différentes définitions de la conscience de soi

  • La conscience de soi fondamentale: être conscient de son existence indépendamment du reste du monde. Autrement dit, faire l’expérience de soi-même.
  • La conscience corporelle de soi: être conscient de son corps comme différent du reste du monde.
  • La notion de propriété: être conscient, lorsqu’on bouge un membre de notre corps, que c’est tout notre corps qui est en train de bouger (ceci est lié à la conscience corporelle de soi).
  • Le sens de l’action: être conscient que l’on agit intentionnellement.
  • La notion de soi à travers le temps: être conscient que l’on est un être qui existe à travers le temps et qui existera dans le futur.
  • La méta-connaissance de soi: être à la fois conscient de soi et conscient que l’on est conscient plutôt que d’être simplement conscient.
  • La conscience de soi conceptuelle: être conscient que l’on possède certaines caractéristiques qui nous distinguent du reste du monde.
  • La notion de soi, ou l’identité narrative: une notion et une vision complexes selon lesquelles un individu envisage sa situation et son histoire en relation avec les autres, ce qui implique également qu’il considère son rôle au sein de la société comme différent de celui des autres.

On appelle parfois ces trois premiers types de conscience de soi la conscience de soi pré-réfléchie tandis que les cinq dernières définitions sont des exemples de conscience de soi réfléchie. La conscience de soi pré-réfléchie exige seulement de faire une expérience de soi, quelle qu’elle soit. La conscience de soi réfléchie demande un effort de réflexion, d’être conscient de la conscience elle-même. On peut être capable de conscience de soi réfléchie sans pour autant être en mesure de la mettre en pratique, ce qui signifie rester au niveau de la conscience de soi pré réfléchie.2

Il est souvent affirmé qu’un être conscient est nécessairement conscient de lui-même, que ces deux notions vont de pair l’une avec l’autre. L’argument utilisé est que lorsqu’on fait une expérience, on a forcément conscience du fait que cette expérience est la nôtre. Si l’on s’en tient à ce raisonnement, et bien que l’on puisse logiquement distinguer ce que signifie être simplement conscient de ce que signifie être conscient de soi, cette distinction disparaît en pratique et tous ceux qui sont conscients sont également conscients d’eux-mêmes.3

La pertinence de cette notion dépend de la signification que l’on donne à la conscience de soi. Etant donné que, strictement parlant, lorsque les formes les plus fondamentales de la conscience de soi sont présentes, il existe déjà une certaine forme de conscience de soi, et puisque de nombreux animaux non-humains sont à l’évidence conscients de leur corps ou de leurs expériences, alors, au sens le plus fondamental, de nombreux animaux non-humains sont conscients d’eux-mêmes. Il est toutefois parfaitement plausible d’envisager que certains êtres soient conscients sans être conscients d’eux-mêmes.

Il est essentiel de souligner que seule la conscience importe lorsqu’il s’agit de distinguer les êtres qui peuvent être blessés ou favorisés. S’il est possible d’être conscient sans être conscient de soi, alors la conscience de soi ne permet pas de déterminer si l’on peut blesser ou favoriser un être, bien que cela puisse influer sur les façons dont on peut blesser cet être. D’une façon ou d’une autre, la conscience de soi est liée au fait d’être conscient de soi-même. Et cela est différent du fait de n’être que conscient.


Pour en savoir plus:

Antony, M. V. (2001) “Is ‘consciousness’ ambiguous?”, Journal of Consciousness Studies, 8 (2), pp. 19-44.

Armstrong, D. M. (1981) “What is consciousness?”, in Armstrong, D. M. (ed.) The nature of mind and other essays, Ithaca: Cornell University Press, pp. 55-67.

Bayne, T. (2004) “Self-consciousness and the unity of consciousness”, The Monist, 87, pp. 219-236.

Block, N. (1995) “On a confusion about a function of consciousness”, Behavioral and Brain Sciences, 18, pp. 227-247.

Bermúdez, J. L. (1998) The Paradox of self-consciousness, Cambridge: MIT Press.

Cheney, D. L. & Seyfarth, R. M. (2008) Baboon metaphysics: The evolution of a social mind, Chicago: University of Chicago Press, p. 205.

Gallagher, S. (2000) “Philosophical conceptions of the self: implications for cognitive science”, Trends in Cognitive Sciences, 4, pp. 14-21.

Gallagher, S. (2005) How the body shapes the mind, Oxford: Oxford University Press.

Gennaro, R. (1995) Consciousness and self-consciousness: A defense of the higher-order thought theory of consciousness, Amsterdam: John Benjamins.

Jeannerod, M. (1997) The cognitive neuroscience of action, Oxford: Blackwell.

Lycan, W. G. (1987) Consciousness, Cambridge: MIT Press.

Morin, A. (2006) “Levels of consciousness and self-awareness: A comparison and integration of various neurocognitive views”, Consciousness and Cognition, 15, pp. 358-371.

Morsella, E.; Bargh, J. A. & Gollwitzer, P. M. (eds.) (2009) Oxford handbook of human action, New York: Oxford University Press.

Panksepp, J. & Northoff, G. (2009) “The trans-species core SELF: The emergence of active cultural and neuro-ecological agents through self-related processing within subcortical-cortical midline networks”, Consciousness and Cognition, 18, pp. 193-215.

Philippi, C. L. (2011) “The dynamic self: Exploring the critical role of the default mode network in self-referential processing”, PhD dissertation, Iowa: University of Iowa.

Roessler, J. & Eilan, N. (eds.) (2003) Agency and self-awareness, New York: Oxford University Press.

Stephens, G. L. & Graham, G. (2000) When self-consciousness breaks: Alien voices and inserted thoughts, Cambridge: MIT Press.


1 Voir à ce sujet: Antony, M. V. (2002) “Concepts of consciousness, kinds of consciousness, meanings of ‘consciousness’”, Philosophical Studies, 109, pp. 1-16; Ben-Artzi, E.; Mikulincer, M. & Glaubman, H. (1995) “The multifaceted nature of self-consciousness: Conceptualization, measurement, and consequences”, Imagination, Cognition and Personality, 15, pp. 17-43.

2 Voir Legrand, D. (2006) “The bodily self: The sensori-motor roots of pre-reflective self-consciousness”, Phenomenology and the Cognitive Sciences, 5, pp. 89-118.

3 Davidson, D. (1982) “Rational animals”, Dialectica, 36, pp. 317-327. Elle défend les positions spécistes mais ce que l’on a vu ci-dessus montre que l’on peut avoir des doutes quant à son exactitude.

Top nav